Le Geek, c’est chic

Le Geek, c’est chic

Tu l’as peut-être remarqué, mais depuis que les premières e-boutiques de T-shirts on disparu – paix à leur âme – la culture geek (et sa représentation) a bien changé. Autrefois sympa, mignon, rigolo et bon enfant (en bref : un peu ringard), le mouvement geek s’est refait une beauté. Et il a conquis les masses. Toi y compris !

Oui, toi. Fais pas genre, on t’a grillé… Tu passes tes WE sur Netflix, ton porte-clé est un Lego et chaque année c’est pareil : tu re-re-re-mattes Back To The Future à la télé. Tu réponds donc parfaitement à cette définition : « Un geek (/gi:k/) est une personne passionnée par un ou plusieurs domaines précis, plus souvent utilisé pour les domaines liés aux cultures de l’imaginaire (…) ». Et on ne sort pas ça de nulle part. C’est le mec qui écrit Wikipédia qui le dit. 

Mais qu’est-ce qui s’est donc passé !? 

Même si un sociologue diplômé l’expliquerait bien mieux que nous, l’élément clé se résume ainsi : l’évolution de la place de la pop-culture dans la société de consommation. Le geek n’est plus underground, il est devenu mainstream. Internet (et l’informatique) ont atteint toutes les couches de la société, jusque dans nos poches. Les super-héros sont partout (et génèrent des centaines de millions de dollars chaque année). L’heroic fantasy pulvérise tous les records et s’impose même aux plus réfractaires (Game of Thrones). Jouer aux jeux-vidéo n’est plus suspect, ni chelou. Mieux : Jim Parsons – aka Sheldon Cooper – est devenu un Dieu vivant. 

Ce ne sont que quelques exemples, mais ils témoignent bien de la généralisation du mouvement planétaire qui balaie tout sur son passage depuis une bonne dizaine d’années. Alors forcément, tout le monde s’en mêle. Graphistes, illustrateurs, designers, tatoueurs (…) se penchent désormais sur le sujet. Et heureusement. 

Mais surtout, le geek s’assume et s’exhibe. Toutes les folies sont donc autorisées. Le langage visuel associé, longtemps codifié et restreint à lui-même, s’est émancipé. Avec toutes ces références et ces mashups, chacun peut maintenant trouver chaussure à son pied. En l’occurence… le T-shirt qui lui sied. 

Pas convaincu !? 

Jette donc un oeil sur notre King of Darkside, une magnifique référence à Star Wars signée Neon Mystic. Dans le genre, son Mario Bowser n’est pas mal non plus. Ton truc à toi c’est les mangas ? La Kamé House de la griffe Smiling Paris devrait te plaire ! (Tortue Géniale himself en a acheté 3). Si tu préfères les mèmes, appelle Bruce Batman. Il saura te recadrer comme il se doit : avec une bonne fessée. 

Et si enfin tu souhaites explorer plus en profondeur cette nouvelle vague geek à la sauce Grafitee, tu trouveras sans mal toutes nos petites geekeries ici. 

Déjà fait !? Tu dois être chez Free… Car tu as tout compris. 

* * *
Passion ballon rond

Passion ballon rond

Football et style riment rarement ensemble. Sport populaire par excellence, le foot n’a jamais vraiment brillé dans le domaine des arts graphiques. Et, il faut bien l’avouer, les sapes de supporters sont souvent ringardes, voire carrément super-méga-moche. Pourquoi ? Seul Zizou le sait.

Mais ça c’était avant. Avant que des artistes inspirés ne prennent réellement les choses en main. Et parmi les nombreux créatifs qui explorent aujourd’hui le sujet, il y en a un qui est passé maître en la matière : Monsieur Zoran Lucic. 

D’origine croate, Zoran ré-interprète l’univers footballistique avec une richesse inégalée. A travers sa collection Sucker for Soccer, il nous délivre une série de posters colorés, avec une petite touche vintage qui anoblit comme par magie chaque sujet traité. 

Que ce soit le logo d’une équipe, d’une fédération ou le portrait d’un joueur emblématique, le processus créatif est toujours le même : une photo qui claque, un composition typographique rythmée, une combinaison de couleurs adaptées, et toutes ces petites aspérités qui vient transcender le tableau final. A la fin, c’est toujours pareil, c’est Zoran qui gagne. 

Inépuisable, l’artiste nous régale chaque mois de nouvelles réalisations, qu’on s’empresse bien sûr de floquer sur nos canvas pour vous les proposer, en exclusivité. Alors bien sûr, on retrouve les nouveaux champions du monde : Pogba, Grizou, Mbappé (…). Mais pas que. Car Zoran est fin connaisseur et gros passionné. Il s’attache donc aussi à rendre hommage aux légendes du passé comme Rocheteau, Best, ou Panenka. 

Sucker for Soccer, c’est bien plus qu’une simple collection de T-shirts. C’est une archive internationale que les amateurs prendront plaisir à voir et à re-voir. Pour se faire kiffer. Et toi, c’est quand la dernière fois que t’as acheté un – beau – T-shirt de footeux ?

* * *
Call me madame

Call me madame

Bonjour Mademoiselle. Ou plutôt Madame ! On profite de la montée des températures (et des océans) pour te dévoiler une nouvelle collection rien que pour toi. Concoctée en étroite collaboration avec l’ami Thymoos, GRL PWR prend la forme d’une ode au féminisme moderne. Celui qui, loin du man bashing qui sévit parfois, détend l’atmosphère avec une bonne dose d’humour, de cynisme et de second degré. 

Avec des messages teintés de provocation, comme « Girls do it Better », « Ovary Gang » ou encore « Fries before Guys », cette capsule dopée aux œstrogènes ne manquera pas de mettre un peu de piment dans ton vestiaire, quitte à en choquer certain(e)s. Il faut dire que pour bien faire les choses, on ne s’est pas privé. Car en matière de messages, plus c’est gros, plus c’est drôle. Surtout quand il s’agit de manier le casse-noisettes. 

A noter que ce premier batch, composé d’une vingtaine de visuels, sera prochainement complété par une nouvelle série de références tout aussi délicieuses, avec des modèles qui feront à coup sûr pleurer les garçons. Promis, ça promet ! 

Comme d’habitude, c’est 25€ le T-shirt, 35€ le sweat et 45€ le hoodie. Le tout, disponible sur la boutique du XS au XL. Sans oublier les Tote-Bags qui complèteront à merveille ta plus belle tenue estivale.

A plus dans le bus. Bitch.