Le Plein de Nouveautés pour l’Eté

Le Plein de Nouveautés pour l’Eté

Vous l’avez peut-être pas remarqué, mais le shop s’est un peu fait dévalisé le printemps dernier ! Et comme une bonne partie de nos modèles sont édités en série limitée, la disponibilité dans nos rayons a rapidement chuté. Mais pas de panique, car d’une part il nous reste 936 T-shirts, 51 débardeurs, 175 sweats et 215 accessoires (largement de quoi chiner depuis votre canapé…), mais également car nous faisons le plein de coton pour mettre en valeur vos pectoraux (et vos poitrines) durant tout l’été.

Du côté des nouveautés justement, de très jolis modèles viennent tout juste d’être ajoutés sur la boutique. Les amateurs d’illustration et de graphisme pourront lorgner du côté de Yonil, l’artiste israëlien dont on ne se lasse plus et qui nous gratifie de magnifiques créations à chaque nouveau release. Si vous préférez la jouer humour, décalage et provocation, les vrais faux T-shirts de chez FAUX (toujours au prix imbattable de 20€) devraient vous intéresser. A voir notamment : les modèles « Babar Sapé Comme Jamais », « Avale », « Bonjour Madame », ou encore « Je Peux Pas Je suis Fonsdé« . Notez au passage que le dernier est un méga best-seller qui fera la nique à la mode des « Je peux Pas ». Et puisqu’on en parle, l’incontournable, l’originel – celui avec lequel tout a commencé – « Je Peux Pas J’ai Piscine » du label Les Bains a été décliné en coupe homme, en crop top beige moucheté et en totebag écru. Le défi du mois : tous les porter en même temps pour dynamiser l’effet.

Dans la gamme WTF et visuels décalés, vous pouvez aussi compter sur Catchy. Le label parisien reprend du poil de la bête et poursuit sur ses thématiques fétiches : sport, pop-culture et absurdité, à l’image des modèles « Bim Bam Boom » , « Bromance » et « L’Empire du Côté Obscur » (mashup de Star Wars et des gladiateurs romains). Du grand art, du grand n’importe quoi, mais pas n’importe comment.

Trop nul, car toi ton créneau c’est le streetwear ? Pa di problème. Jacker a mis de côté le pochon le temps de nous dealer une trentaine de nouvelles références bien stylées, dont le DA (qui réalise également les couvs du Jacker Magazine) a le secret. Un cran plus hype, il faut mater le corner de Smiling Paris, à base de bonbons, de camo et de couleurs acidulées (on a pas dit acides hein). Au passage, vous y trouverez 2 nouveaux messenger bags cut&sew de toute beauté. Mais faites vite, car ça part comme des petits pains tôt le matin à la meilleure boulangerie du coin.

Moins hype, mais tout aussi tendance et un peu plus habillé, les T-shirts à poche de la marque Pick Pocket font aussi leur grand retour. Un valeur sûre en cas de tenue correcte exigée. Côté pocket, on peut aussi compter sur Coontak (dont on vient de faire l’interview pour le 10ème anniversaire de la marque), qui nous sert également une série de jolies pièces pour chiller à la plage ou en soirée. Enfin, pour un look plus underground, Veni Vedi Vici complète sa collection estivale avec son appétent délire autour du sandwich kebab et le superbe « Notre Pain Quotidien« . Sans doute l’un de nos modèles préférés parmi les dernières pièces référenceés.

Voilà de quoi garnir votre pile de Teesh pour un petit bout de temps. Et si vous n’en avez pas encore assez, gardez un oeil affûté sur le rayon nouveautés, car on vous prépare un déluge de pépites, de trouvailles et d’exclusivités d’ici à la rentrée ! Amen.

* * *
Summertime Sadness

Summertime Sadness

Il y a des périodes ou l’on se fait un peu chier sur la planète T-shirt. Des périodes de morosité créative, pendant lesquelles on a pas grand chose à se mettre sous la dent. Et donc à partager (ce qui explique en partie notre baisse de tension sur le Magazine…). Entre les truc vus, revus et pas corrigés, les délires super-hypra élitistes genre « que tu mettrais jamais en dehors d’un podium à la Fashion Week » et les marques qui pompent à tout va (vaste débat), oui, il y a des périodes comme ça ou la passion nous quitte.

Depuis une petite année par exemple, on ne sait pas bien ce qui se passe… mais c’est plutôt calme, voir tristoune. Comme si la folie des années 2005 – 2015 commençait à s’effriter, laissant place à la répétition, à l’ennui, voir à la médiocrité. Depuis la fermeture de laFraise, c’est une véritable hécatombe. Les acteurs historiques faiblissent ou tombent les uns après les autres (pure coïncidence). Et la relève n’est pas franchement à la hauteur. Aussi bien en terme de visuel que de concept, de message ou de qualité. Entre les « marques parisiennes » qui ne savent plus quoi inventer, les sites copycat qui se multiplient comme des petits pains et les collections re-re-re-re-re-pompées, on a encore du mal à cerner si c’est l’offre, la demande ou nos appréciations qui ont changé. Peut-être un peu des trois. Certes ça fait vieux con. Mais de temps à autres, il faut dire ce qui est, quitte à casser l’ambiance.

Heureusement, il n’y a jamais vraiment de fatalité. Le monde est fait de cycles qui se nourrissent les uns les autres. Toucher le fond, souvent, c’est rebondir. Malgré tout, des marques et des artistes résistent encore et toujours. On ne s’amusera pas à en citer, car il y en a quand même un sacré paquet ! Puis des passionnés naissent chaque jour. Et un panel d’artistes incroyable sévit aux alentours, notamment dans l’univers de la pop-culture, du geek-art, de la typographie ou du tatouage. Un potentiel sans fin, largement inexploité… Gageons que notre sacro-saint tee-shirt les inspire à nouveau. Qui sait.

Le futur est toujours porteur d’espoir et le tableau n’est donc pas si noir. Mais quand même, on sert la gorge. Et ça nous amène naturellement à réfléchir… A notre toute petite échelle, on a esquissé un (autre) très grand projet. On ne peut pas en dire plus pour le moment. L’avenir nous dira si nous sommes capables de le porter. Rendez-vous dans quelques mois pour le reveal… ou pas ! God save the Fools.

* * *
Should we #NSFW ?

Should we #NSFW ?

Le débat fait rage depuis quelques mois au quartier général de Grafitee… Il y a les pour, les contre et les neutre (qui en fait sont pour…). Est-ce qu’on doit / peut publier quelques contenus NSFW sur le Magazine ? Par « NSWF » – entendons-nous bien – l’idée est de rester sur des choses soft et tout à fait esthétiques. On a pas franchement l’intention de tomber dans le porno. Il y en a déjà bien assez trop comme ça. Limite à en vomir. Juste de partager quelques découvertes « émoustillantes » pour pimenter nos rétines de temps à autres. Par exemple le vendredi !

Quel est le rapport avec les tee-shirts ?! Franchement – en dehors du fait que la Culture Tee s’inspire très largement des histoires de fesse – aucun ! Mais comme on ouvre progressivement la ligne éditoriale à d’autres univers, pour faire du GRAFITEE Magazine un « temple du cool », on se dit qu’avoir 2/3 girls next door et autres beautés, ça ne ferait de mal à personne. Après tout, si on veut faire un « Disneyland pour adultes », difficile de passer à côté de cet ingrédient à haute densité émotive. D’autant qu’on assiste depuis quelques années à un premiumisation du genre. C’est même devenu une discipline artistique à part entière, dont les performances visuelles (lumière, photo, cadrages, scénographie) n’ont rien à envier au cinéma ou à la photographie « traditionnelle».

Et puis, il y a un moment ou il faut savoir sortir des sentiers battus, des apriori et des idées pré-conçues pour se faire plaisir, en toute honnêteté. Si on kiffe, il y a moyen que tu kiffes aussi. D’ailleurs, même si elle ne l’avouera jamais, peut-être que même ta grand-mère aurait kiffé… qui sait ?! De ce point de vue, ça n’a donc rien d’insensé. Grafitee n’a jamais été un site sur la physique quantique ou la méditation transcendantale. Il faudrait pas qu’on se pose trop de questions. L’objectif, ça reste de découvrir de jolis t-shirts originaux, tout en explorant les autres facettes de notre génération (version cliché : street-art, sneakers, trap music, weed, burgers et bouncing boobs).

Bon, bref, tout ça pour dire qu’en fait… et bah on a déjà commencé ! Ce billet d’humeur en forme d’auto-justification avait pour vocation de t’y préparer (que tu sois pas trop choqué). Et c’est avec la sublime Olivia Rose qu’on ouvre les hostilités. Maintenant, tu es prévenu, le vendredi il y aura du #NSFW !